webleads-tracker

Français English



 Industrie des Produits Frais : de l’Echange au Locatif Plastique

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après 3 ans de retour d’expérience, PICK-AND-GO a acquis un certain nombre de certitudes que je souhaiterais vous faire partager brièvement.

Commençons cette semaine par une des plus flagrantes :

 

L’industrie des produits frais et ultra-frais passera prochainement à la palette plastique locative.

 

Nous en sommes persuadés aujourd’hui.

Je ne reviendrai pas sur les motivations de ce crédo…Mais je persiste et signe, et plus encore aujourd’hui qu’hier.

 

Le mouvement est déjà engagé…

Parlons en.

 

 

 

Bon courage.

A vendredi.

 

 La Structure de Coûts d’une Rotation Palette.

 

 

 

La structure de coûts est un facteur que PICK-AND-GO a déjà abordé dans son livre blanc. Le principe est assez simple, mais mérite qu’on y revienne…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tout part de la structure de coûts d’une rotation palette (voir ci-dessous).

 

 

 

Ca parait un peu compliqué, mais on va simplifier.

 

Cette cheminée de coûts fournit la répartition par « poids » de « chaque nature de coûts »  composant le coût complet d’une rotation bois ou plastique. Et cela tout d’abord pour 4 rotations par an (eaux minérales, liquides), puis pour 8 rotations par an (produits frais et ultra-frais).

La comparaison entre la rotation bois et la rotation plastique permet d’aboutir à plusieurs conclusions :

 

  • Le poids du coût de la palette est bien moindre dans la rotation bois que plastique (rotation 4) : 31% vs 8,55% (pavé vert).
  • Ce poids diminue au fur et à mesure que le nombre de rotations augmente (rotation 8).

 

Ce phénomène est lié au fait que la dotation d’amortissement est une charge fixe annuelle. Plus la palette (donc le produit transporté) assure de rotations dans l’année, plus la part par rotation du coût de l’actif se réduit. Si le coût complet de la rotation bois et plastique est équivalent (environ 3,00€) pour 4 rotations par an, augmenter la rotation de l’actif (produits laitiers par exemple) change la donne : la rotation plastique devient alors moins coûteuse que la rotation bois (8 rotations par an).

 

Ce qui veut dire concrètement que si votre objectif est de transporter des produits à faible rotation, < à 3 rotations par an, voire de les stocker de façon quasi-permanente, mieux vaut envisager la palette bois.

Si par contre, vos produits « tournent » plus vite que 4 rotations par an, alors le plastique s’impose…

Entre les 2, il faut voir…

 

C’est une des raisons pour lesquelles nous pensons chez PICK-AND-GO, que progressivement, la palette Echange sera remplacée dans le secteur des produits frais/ultra frais par la location de palette plastique. Et pas uniquement dans les produits frais…

 

Vous voyez, ce n’était pas si obscur que ça !

 

Bon courage !

A vendredi.

 Quel type de palettes choisir ? Palettes Echange, Palettes Locatives Bois/Plastique/Carton, Palettes Perdues ? (partie 10)

Type de DLUO produits : longue, moyenne, courte.

 

 

Ce sujet rejoint un peu la question de la semaine dernière sur le taux de rotation des produits transportés.

 

 

 

 

 

La DLUO (Durée Limite d’Utilisation Optimale) est liée au taux de rotation des produits. En bref, une bouteille d’eau minérale a une DLUO plus longue qu’un yaourt, ou qu’une tranche de jambon.

En conséquence, la palette bois sera par nature plus adaptée chez EVIAN que chez HERTA ou LACTALIS, pour les raisons que nous avons développées la semaine dernière, liées à la structure de coûts.

 

Ce constat commence à donner des idées à certains acteurs de la GMS, qui y voient un moyen de s’affranchir de la contrainte du bois, sur des secteurs comme les produits frais, qui, par nature, sont plus cohérents avec le support plastique qu’avec le support bois.

Par voie de conséquence, cette prise de conscience, donne des opportunités aux industriels du frais, pour faire la différence face à leurs concurrents.

 

La fin de l’année 2012, et l’année 2013 seront intéressantes à cet égard.

 

Bon courage !

A vendredi.

 

 

 Quel type de palettes choisir ? Palettes Echange, Palettes Locatives Bois/Plastique/Carton, Palettes Perdues ? (partie 9)

Le nombre de rotations par an de la palette (rotations des produits).

 

 

 

C’est un facteur que PICK-AND-GO a déjà abordé dans son livre blanc. Le principe est assez simple, mais mérite qu’on y revienne…

 

 

 

 

 

 

 

Tout part de la structure de coûts d’une rotation palette (voir ci-dessous).

 

 

 

Ca parait un peu compliqué, mais on va simplifier.

 

Cette cheminée de coûts fournit la répartition par « poids » de « chaque nature de coûts »  composant le coût complet d’une rotation bois ou plastique. Et cela tout d’abord pour 4 rotations par an (eaux minérales, liquides), puis pour 8 rotations par an (produits frais et ultra-frais).

La comparaison entre la rotation bois et la rotation plastique permet d’aboutir à plusieurs conclusions :

 

  • Le poids du coût de la palette est bien moindre dans la rotation bois que plastique (rotation 4) : 31% vs 8,55% (pavé vert).
  • Ce poids diminue au fur et à mesure que le nombre de rotations augmente (rotation 8).

 

Ce phénomène est lié au fait que la dotation d’amortissement est une charge fixe annuelle. Plus la palette (donc le produit transporté) assure de rotations dans l’année, plus la part par rotation du coût de l’actif se réduit. Si le coût complet de la rotation bois et plastique est équivalent (environ 3,00€) pour 4 rotations par an, augmenter la rotation de l’actif (produits laitiers par exemple) change la donne : la rotation plastique devient alors moins coûteuse que la rotation bois (8 rotations par an).

 

Ce qui veut dire concrètement que si votre objectif est de transporter des produits à faible rotation, < à 3 rotations par an, voire de les stocker de façon quasi-permanente, mieux vaut envisager la palette bois.

Si par contre, vos produits « tournent » plus vite que 4 rotations par an, alors le plastique s’impose…

Entre les 2, il faut voir…

 

C’est une des raisons pour lesquelles nous pensons chez PICK-AND-GO, que progressivement, la palette Echange sera remplacée dans le secteur des produits frais/ultra frais par la location de palette plastique. Et pas uniquement dans les produits frais…

 

Vous voyez, ce n’était pas si obscur que ça !

 

Bon courage !

A vendredi.

 Quel type de palettes choisir ? Palettes Echange, Palettes Locatives Bois/Plastique/Carton, Palettes Perdues ? (partie 7)

Le sujet du type de palettisation.

 

Cela concerne le sujet épineux de la palette socle, mais aussi des palettes intermédiaires, dont le nombre ne cesse de croître.

 

En effet, et en particulier lorsque les flux sont réputés tendus (par exemple les Produits Frais ou Ultra Frais), les enseignes GMS demandent à séparer chaque couche de produits, d’une palette intermédiaire appelée palette couche.

 

 

 

Il n’est donc pas rare de voir par palette socle, 1, 2, 3 voire 4 palettes intermédiaires.

 

Cela génère plusieurs conséquences :

  • Un nombre considérable de palettes par chargement. Sur une base de 33 palettes socle, il n’est pas rare de voir plus de 100 voire 120 palettes par livraison.
  • Une responsabilité accrue des transporteurs dans le cadre de leur gestion de la palette Echange.

 

Même si les volumes GMS sont stables, le nombre de références croissent et vont continuer à croitre de 3 à 4% par an. Ce qui laisse présager, une augmentation du phénomène des palettes intermédiaires, et de leur nombre par livraison.

 

Quel impact sur le choix de la palettisation ?

  • Les transporteurs refusent de plus en plus de gérer un tel nombre de palettes par livraison : gérer 33 palettes par livraison, passe encore ; mais en gérer 100 à 120, le sujet n’est plus le même… La responsabilité est accrue, les coûts également…
  • Côté chargeur, à ce niveau de volumes de palettes, l’optimisation logistique est nécessaire : « On transporte plus de bois que de produits » dixit un industriel. Le rôle du transporteur dans sa gestion de la palette Echange devient crucial. Le locatif reprend l’avantage sous ce schéma, si tant est qu’il puisse optimiser ses coûts, en particulier dans le cadre du secteur des Produits Frais/Ultra Frais.

 

C’est là que le locatif carton ou plastique a son rôle à jouer, en concurrence avec la palette Echange.

 

On se retrouve le vendredi 24 Août.

 

Bonnes Vacances !

 

 Quel type de palettes choisir ? Palettes Echange, Palettes Locatives Bois/Plastique/Carton, Palettes Perdues ? (partie 3)

La nature des produits transportés.

 

Lorsque vous étudiez la répartition des systèmes de service-palettes par rapport à la nature des produits transportés, il y a quelques constats qui sautent aux yeux :

 

 

 

 

  • Tout d’abord, quand on n’a pas le choix, le service locatif s’impose. Je pense aux formats 1000/1200, 600/800 et 600/1000.
  • Concernant le format 800/1200, le choix étant plus large, l’analyse est intéressante. Plusieurs possibilités s’offrent à vous, en considérant la palette socle :
    • 800/1200 Echange
    • 800/1200 Locatif Bois
    • 800/1200 Locatif Plastique
  • En règle générale et si on élimine la palette plastique locative, nouvelle entrée dans le marché, la répartition se fait entre la palette locative bois et la palette Echange.
  • Si on souhaite rester simple, et pour abréger, on peut dire que les produits frais ont les yeux de Chimène pour la palette Echange, alors que les autres produits, sont attirés soit par la palette Echange soit par la palette locative.


Pourquoi Produits Frais/Ultra Frais riment-ils avec Palettes Echange ?

 

C’est assez simple.

 

A structure de distribution équivalente, les produits à DLC faible (soit ceux qui imposent un taux de rotation rapide aux palettes) sont naturellement attirés par la palette Echange, alors que les produits à plus faible rotation, tombent dans les filets de la palette locative.

 

Pourquoi ?

 

Pour 2 raisons principales :

  • Plus la durée d’immobilisation est faible, plus le stock outil à acquérir par l’industriel est faible, plus les coûts sont faibles, plus la palette Echange est financièrement intéressante pour l’industriel.
  • La structure de coûts d’une rotation de palette locative est très peu sensible au taux de rotation. En clair, il y a peu de différence entre le coût d’une rotation pour de l’eau minérale, et pour des yaourts.

Le choix est donc simple : Evian choisit la palette locative (si 800/1200), et Danone Produits Frais, la palette Echange.

 

Puis d’autres facteurs rentrent en jeu, souvent à moindre impact que le type de produits (donc le taux de rotation).

 

Donc, les Produits Frais/Ultra Frais sont condamnés, pour l’éternité, à la palette Echange ?

 

Pas sûr ! Il faut trouver un modèle locatif sensible au taux de rotation. Ça existe…

 

Bon courage !

A vendredi.

 

 Pub et Contenu.

Dans le domaine du service B to B, le problème de la communication vers le marché se pose toujours de façon assez complexe.

 

D’un côté, surtout lorsque vous portez un modèle innovant de rupture, il est important de créer de la confiance, et commencer à convaincre vos prospects du bien fondé de votre nouveau service.
De l’autre, les moyens de communication doivent être très spécifiques pour attirer votre cible et uniquement celle-là ; y compris pour des raisons de budget, le coût d’atteinte de cible étant généralement proportionnel à sa taille.

 

 

En gros, passer en prime time un spot B to B sur TF1 à 19h55 pour toucher les Directeurs Logistique peut prêter à sourire dans les chaumières, beaucoup moins dans votre Conseil d’Administration !
C’est donc assez complexe : le métier l’est, sa communication l’est aussi.

 

 

 

1. Chez PICK-AND-GO, nous avons fait un choix drastique : très peu de pub, beaucoup de contenu.

 Nous sommes partis d’un constat que le marché offrait une « palette » (c’est le cas de le dire !) de solutions différentes adaptées à divers besoins de manutention, de structure de réseau de distribution, d’organisation supply chain. Il y a les traditionnelles palettes en bois, locatives, échange, à la vente, mais aussi les palettes en carton, en plastique recyclé. Les solutions sont nombreuses, riches, et il est souvent bien difficile de choisir entre l’ensemble des opportunités qui cohabitent sur le marché.

 

En conséquence de quoi, et parce que nous pensons que le meilleur moyen de convaincre notre marché est de l’aider à résoudre ses propres problèmes dans notre domaine d’expertise, nous avons choisi de produire du contenu, c’est-à-dire formaliser une partie de nos connaissances sur le secteur de l’emballage retournable. Nous l’avons fait tout d’abord au travers de l’édition du Livre blanc « La face cachée de la palette bois enfin dévoilée » qui répond à une dizaine de questions techniques que chaque utilisateur de palettes est en droit de se poser, sans en avoir toutefois toutes les réponses.
Et ça marche !
A  aujourd’hui, ce sont plus de 600 internautes qui ont téléchargé le document.

 

 

 

2. Téléchargez dès à présent notre nouvel avis d’expert !

Nous avons récidivé la semaine dernière en donnant la possibilité à nos contacts de télécharger un avis d’expert sur la Logistique du Frais et Ultra Frais.

 

Cette note permet d’aborder des questions du type « changements liés à l’utilisation de la palette Echange », ou « la bonne adéquation PF/ UF avec la palette locative plastique ».

Outre le fait de formaliser notre avis, cela permet à la fois d’engager le débat avec les divers professionnels du secteur : industriels, distributeurs, loueurs d’emballages, acteurs de la palette Echange, mais aussi de manifester notre passion pour ce secteur en évolution!

 

N’hésitez pas à le télécharger en cliquant ici, et à nous laisser un commentaire sur notre site.  Nous sommes avides de vos réactions.

 

C’est peut-être la marque de l’époque « moins de clinquant, mais plus de contenu et de valeur ! »
Mais non, ce n’est pas de la politique !

 

 

Bonne lecture !

 

Bon courage !
A vendredi.