webleads-tracker

Français English



 PICK-AND-GO sera sur RETAIL CHAIN le 14 avril 2015 !

2015.03.09 Photo 81

Bonjour à tous !

PICK-AND-GO innove puisque nous serons présents pour la première fois sur le salon RETAIL CHAIN qui se tiendra le 14 avril 2015 à Paris Cœur Défense.

Le salon se présente sous forme de rendez-vous d’affaires et est axé sur la logistique multicanal en s’adressant plus précisément aux directeurs et responsables Supply Chain.
Vous trouverez de plus amples informations en suivant le lien suivant :

+ Salon RETAIL CHAIN 2015

N’hésitez pas à venir nombreux sur cette 2ème édition de RETAIL CHAIN pour nous rencontrer.

Sommes à votre disposition.
Bonne journée.

 Petit Rappel Technique : le TCO (Total Cost of Ownership) !

2014.11.10 Photo 79

Bonjour à tous !

Comment le TCO (Total Cost of Ownership) peut permettre de changer de modèle économique : l’exemple de la palette locative.

Modèle de rupture : l’analyse des coûts par le Total Cost of Ownership (TCO) permet de remettre en cause les modèles économiques traditionnels.
Un exemple : le service de location de palette à destination des IAA et GMS où le plastique recyclé devient une alternative au bois pour des raisons de coût d’usage.

Connaissez-vous le TCO ?
Sous ce verbiage très anglo-saxon, se cache une véritable machine de guerre à inventer des modèles économiques de rupture… et, de plus, très simple à utiliser. Le Total Cost of Ownership, c’est le bon vieux coût complet ou coût global d’utilisation.

En règle générale, et sans trop entrer dans les détails, le TCO d’un produit / service se compose de :

  • son coût d’acquisition,
  • son coût de propriété (utilisation et maintenance),
  • son coût de démantèlement (ou de retrait de service).

Considérant que nous ne devrions maintenir uniquement les coûts qui créent de la valeur pour le client, le TCO est également une base de réflexion pour appliquer le filtre :

  • ce coût crée-t-il de la Valeur Ajoutée ?
  • si non, comment puis-je le réduire voire le supprimer ?

Comme chacun le sait, il est plus facile de réduire la part de non-valeur ajoutée dans un service ou un produit que d’augmenter directement la Valeur Ajoutée. Par exemple, à partir d’une structure de coûts comportant initialement 50% de coûts sans Valeur Ajoutée, et 50% de Valeur Ajoutée, si je réduis de 50% ma Non-Valeur Ajoutée, j’augmente mécaniquement de 34% ma part de Valeur Ajoutée :

(0,5/ (0,5 +0,5/2)) – 0.5)) / 0,5= (0,5/0,75 -0,5) / 0,5 soit 0,17/ 0,50 = + 34%

Last but not least, cette approche permet de remettre en cause les modèles économiques traditionnels et de nourrir des modèles de rupture plus performants, qui peuvent s’avérer plus vertueux que l’ancienne école.

Prenons l’exemple d’un métier traditionnel de service caractérisé par de gros volumes et un poids important du prix pratiqué dans la décision d’achat du client.
Je veux parler du service de la location / gestion de palettes bois pour l’industrie Alimentaire.

Si vous êtes un industriel de l’agro-alimentaire en France et que votre marché est la GMS (Grande Distribution), vous avez deux solutions pour transporter vos produits sur palettes vers vos clients, toutes deux en bois : l’Echange bois et le Locatif bois. Le système locatif représente environ 50% du marché français (300 à 400 Mi€uros) du service « palettes » vers la GMS.

Le système est simple :

  • Chaque opérateur (pooler) a son pool de palettes peint à sa couleur, soit bleu, rouge ou marron.
  • Son client est l’industriel à qui le pooler livre par camion complet les palettes bois nécessaires à la production.
  • L’industriel expédie par son transporteur le couple produits / palette vers la GMS (entrepôts et magasins), le pooler se chargeant de collecter auprès des magasins ses palettes vides de sa couleur après libération de ces dernières par les magasins.
  • Ces palettes transitent à ce stade par un prestataire qui a la charge de collecter en magasins, de trier les palettes (entre palettes cassées réparables, palettes cassées non réparables, palettes bonnes pour le service), de les stocker et de les relivrer à un autre site industriel-client. La boucle est ainsi bouclée.
  • L’unité de facturation est la rotation, le client ne réglant que l’usage de l’actif (mise à disposition + livraison + collecte + frais fixes+…), la propriété de la palette restant celle du pooler.

Cela paraît simple et optimisé…

Le bois a de vraies qualités comme nature du support palettes : réparable, industrialisation aisée, rigidité… Et le marché est, à quelques pourcents près, 100% bois… et pourtant !

La structure de coûts d’une rotation palette bois (voir ci-dessous), soit le TCO décomposé par nature de coûts est très instructif :

  • La palette bois, cassant environ 30 à 40% de ses volumes par rotation, le modèle économique du métier est basé sur :
    • La destruction de Valeur Ajoutée au travers de la casse,
    • La reconstitution de la Valeur Ajoutée par le tri, la réparation et la relivraison (70 % des coûts totaux ont pour cause première : la casse).

    Pour imager cette caractéristique, comparons la au modèle économique de la location de voitures. Prenons l’exemple de HERTZ ou AVIS : si leur modèle économique ressemblait à celle de la location de palette bois, il consisterait à ramener tous les soirs les voitures chez le garagiste pour changer les plaquettes de frein, les essuie glaces et autres pneus…, le modèle serait vite battu en brèche. C’est pourtant ce qui se passe pour la palette bois locative.

  • Une des conséquences de cette répartition des coûts, est la très faible réduction de coûts en cas de rotations rapides, puisque tous les coûts sont fixes par rotation : tri, réparation, relivraison. En bref, un industriel de produits frais paiera à peu près le même tarif par rotation pour 15 rotations de la palette par an qu’un producteur d’eau minérale à 3 rotations par an.

On se pose alors naturellement la question autour de la cause principale de la création de Non Valeur Ajoutée : « Comment éviter la casse ? », pour augmenter mécaniquement la part de Valeur Ajoutée dans la structure de coûts (TCO), et donc baisser les tarifs ?

Et si on changeait de nature de support… ?

On passe du bois au plastique (recyclé bien sûr) certes plus cher, mais beaucoup moins cassant, et donc moins coûteux à la rotation.
Cela paraît simple…

On bénéficie alors d’un support plus valorisant pour les produits transportés, moins lourd, plus hygiénique, et surtout avec un TCO par rotation moins coûteux, en particulier pour les produits à rotations rapides : produits frais ou ultra frais. (Voir schéma ci-dessus.)

L’application dans les faits de ce modèle de rupture se traduit par :

  • La naissance aux USA et en France d’alternatives plastique concurrentes aux poolers de palettes bois, depuis 2010.
  • L’utilisation en préparation de commandes vers les magasins par une enseigne GMS en France d’un pool plastique en remplacement du bois.
  • Plusieurs initiatives en France de ce type en distribution spécialisée.
  • L’investissement par une enseigne GMS espagnole dans un pool de palettes plastique pour alimenter ses industriels en Marques Propres.

Ca, c’est le présent !

Le futur : c’est la palette plastique quasi-incassable et connectée…on n’en est pas loin, mais c’est une autre histoire !

Bon courage !
A très vite !

 Salon Top Transport Europe 2014

2014.09.19 Photo 78

Bonjour à tous !

Chaque année, PICK-AND-GO choisit minutieusement les salons auxquels il souhaite participer, en fonction de la valeur que PICK-AND-GO peut créer aux contacts rencontrés.

En 2013, PICK-AND-GO fut présent à TOP TRANSPORT EUROPE à Montpellier avec un grand succès.

Depuis sa création, TOP TRANSPORT EUROPE a démontré son efficacité en ciblant aussi bien les industriels et les transporteurs que les spécialistes de la logistique, au travers d’une approche novatrice de type « business dating ».
En effet, fini l’attente interminable en vue de voir un éventuel prospect s’arrêter sur votre stand, les rendez-vous d’affaires sont organisés par avance et les pertes de temps limitées à leur minimum.

PICK-AND-GO sera donc présent lors de cette 23ème édition du salon TOP TRANSPORT EUROPE  qui, cette année revient aux sources et se tiendra au Palais Pharo à Marseille les 7 et 8 octobre prochain.

Venez nombreux vous ne serez pas déçu et, pour tous ceux qui seront présents, n’hésitez pas à solliciter un entretien de travail sur notre stand avec Olivier PAGES Président de PICK-AND-GO. Nous avons de nouvelles solutions et nouveaux services à vous présenter !

Bon courage !
A très vite !

+ Consulter le programme des conférences

 Les Retours de la Conférence à l’Université Paris Dauphine !

2014.05.30 Article 77

Bonjour à tous !

Pour faire suite à notre publication du 16 avril 2014, vous trouverez ci-dessous le compte-rendu de la Conférence « L’impact de la Révolution Numérique sur le Transport » à laquelle Olivier PAGES – Président de PICK-AND-GO participait le 23 mai dernier à l’Université Paris Dauphine.

+ Compte-rendu – Cliquez ici

Bon courage !

A bientôt !

 PICK-AND-GO Assume la Canicule !

2013.08.02 Actulités Photo Article 1Malgré des températures qui frôlent les 40°C dans certaines régions françaises, et en particulier proches du littoral, PICK-AND-GO assume son statut de prestataire de confiance.
 
Certains produits mouvementés sur palettes PICK-AND-GO sont météo sensibles, c‘est à dire que la montée des températures génèrent des accroissements massifs d’activité et par voie de conséquence de volumes de palettes à livrer…
 
 
 
Cela peut aller jusqu’à des croissances au-delà des prévisions de l’ordre de 30% !
 
C’est tout bon pour nos clients et PICK-AND-GO se doit de pouvoir les accompagner y compris sur des croissances aussi exceptionnelles.
 
C’est le cas en juin, juillet et août 2013 !
 
Bonnes vacances à vous !
 
PICK-AND-GO veille tout l’été !

 Prestataires et transporteurs

2013.07.12 Photo 71Une des conséquences du faible taux de casse des palettes PICK-AND-GO est la possibilité laissée au pooler que nous sommes de livrer directement nos clients par camions complets à partir des Centrales/ Plateformes / Bases sans passer par le point obligé du prestataire réparateur, bien connu des loueurs de palettes bois.
 
Cette mutation logistique du modèle favorise plutôt les transporteurs que les prestataires, qui acceptent de trier et réparer les palettes bois sous condition d’assurer la collecte et souvent la livraison à partir de leurs dépôts vers le nouveau client du pooler bois.
 
Dans le cas de PICK-AND-GO, puisque, à ce jour 70% des volumes sont livrés à partir des dites plateformes, l’optimisation logistique nous impose de profiter des nombreux camions livrant les plateformes pour les réutiliser en « backload » complets vers les sites industriels clients de la palette PICK-AND-GO.
 
C’est plus efficace, moins couteux et très « environmentally friendly ».
 
Dès Septembre prochain, nous irons au bout de cette logique, en faisant une proposition « business » à l’ensemble des transporteurs français livrant la GMS.
 
Et cette proposition, créera un vrai volant d’affaires supplémentaires pour une corporation plutôt malmenée en ce moment au travers de l’écotaxe et autres contraintes administratives.
 
On en reparle en Septembre.
 
Bonnes vacances à tous.

 Location de Palettes et Valeur Ajoutée


Une des difficultés de pénétrer le marché d’un service comme la location/ gestion de palettes (appelé pooling) auprès des industriels alimentaires est le positionnement très contradictoire du service « pooling palettes » dans l’échelle de valeur des décideurs au vu de la richesse de création de valeur de notre offre.
 
Je m’explique.
 
La palette, et ce n’est pas nouveau, n’est pas considéré par certains DG ou Dr de Supply Chain comme très stratégique : c’est souvent considéré comme du commodity management, dont la principale qualité à mettre en avant est le coût réduit.
 
Conscient du poids du facteur économique dans la décision, PICK-AND-GO a bâti son offre sur une prestation créant énormément de valeur qualitative, à des tarifs inférieurs de 15% à 20% par rapport à du pooling traditionnel.
 
La contradiction réside dans le fait que le poids de l’avantage tarifaire est tel qu’il occulte un grand nombre d’avantages qualitatifs non valorisés en matière de communication interne ou externe.
 
C‘est dommage !
 
J’en prends un exemple parmi d’autres comme illustration :

  • Tous les industriels alimentaires « produisent » de l’emballage perdu, par définition, non recyclé.
  • Nos palettes sont réalisées à partir de PEHD recyclé, et en particulier de bouchons plastique de bouteilles d’eau et de soft drinks, acquis par le biais d’associations humanitaires qui les collectent auprès d’écoles, lycées et autres collectivités .
  • C’est une double dimension sociétale et environnementale que pourraient utiliser avec profit les services de communication des dites sociétés vers leur marché.

Nous sommes persuadés par exemple, que le premier industriel du secteur « eau minérale/ soft drinks » qui va switcher sur le service PICK-AND-GO, capitalisera sur un élément différenciant majeur par rapport à ses concurrents.
 
Même remarque, pour le premier industriel du secteur « Produits Frais » qui va opter pour les services PICK-AND-GO pour des raisons affichées d’hygiène, et de meilleure adéquation avec le produit transporté.
 
On en reparlera.
 
Bon courage.
 
A vendredi.

 Palettes et Résistance au Changement.

Je voudrais aujourd’hui simplement faire référence à un excellent article sur Le Figaro du 15 Octobre, par Yann Le GALES, au sujet du livre de Robert PAPIN « Le Nouveau Manager : Gérer le Changement ».

 

J’ai croisé Robert PAPIN sur les bancs du MBA HEC dans les années 83/84. Il œuvrait déjà au profit de la formation d’entrepreneur.

 

 

 

 

 

 

Je veux seulement retenir ce soir, qu’un constat :

 

« Une enquête de l’IFOP réalisée en 2010 auprès de 10.000 collaborateurs des 40 plus grandes entreprises cotées à la Bourse de PARIS, a souligné que plus de la moitié des projets lancés par ces sociétés avait échoué ».

 

Il est important que les grandes entreprises françaises soient motrices dans le changement. Ce n’est pas toujours le cas. Nous sommes trop souvent les témoins de retards, d’annulations de projets pour des raisons plus ou moins floues. Les intentions sont généralement bonnes, mais bizarrement (c’est du vécu !), et comme par magie noire, les obstacles se dressent en interne.

 

C’est dommage.

 

Bon courage !

A Vendredi.

 Parenthèse Politique.

Cette période d’entre 2 tours des Elections Présidentielles est étonnante !

 

La perception des principaux drivers d’une société démocratique efficace n’est visiblement pas la même qu’on soit « méchant », entrepreneur, ou « brillant » acteur du système politico-médiatique parisien…

 

 

 

 

 

 

Vu du côté entrepreneur, la politique pourrait être simple. Elle pourrait se résumer à quelques points, par exemple :

 

  • Assurer une formation minimale à nos jeunes recrues : lire, écrire, compter et savoir réfléchir… C’est déjà beaucoup !
  • Malgré les bons sentiments de répartition des revenus, revenir dans la moyenne européenne du coût horaire de travail.
  • Assurer une juste efficacité du denier public dépensé : Etat et collectivités territoriales incluses (Waouh : ça c’est du boulot !).
  • Ne pas vouloir tout régler par l’augmentation des moyens. C’est facile, ça flatte les électeurs, mais ça ne marche pas ! On le sait dans l’Entreprise depuis longtemps.
  • Ne pas confondre crise de la dette (de la responsabilité des Etats), crise financière des sub-primes (de la responsabilité des Banques) et une soi-disant crise du capitalisme (??). C’est une contre vérité, et ça créé tout juste un peu de chaleur et pas beaucoup de lumière…
  • Favoriser l’initiative entrepreneuriale qui a besoin de compétences, d’imagination, pour créer de la valeur sur son marché, et devenir, à la fois, un contributeur au budget national (on en a besoin) mais aussi un formidable moyen d’intégration des personnes, de lien social (peut-être le seul restant), et de lutte contre le communautarisme.

 

Voilà, c’est assez éloigné de la palette plastique locative, mais c’est permis dans cette période de débat.

Et puis un blog, ça sert aussi à ça….

 

Bon courage !

A Vendredi.