webleads-tracker

Français English



Partagez la page Dans une analyse objective du support-palette idéal, doit-on prendre en compte les motivations au changement du CODIR et des opérationnels ?

 Dans une analyse objective du support-palette idéal, doit-on prendre en compte les motivations au changement du CODIR et des opérationnels ?

Notez cet article

Il est très surprenant de constater que souvent, les processus de décision en France, sont très compartimentés par fonction.

 

Cela est très efficace sur des sujets typiquement Achats, ou typiquement Logistique, ou typiquement Production, chacun travaillant dans son carré, proposant ses solutions, (nouvelles ou pas), impactant uniquement son propre périmètre, mais cela se complique quand le sujet est transversal.

 

 

 

 

 

 

 

 

En effet, lorsque les voies de progrès étudiées impactent plusieurs fonctions de l’entreprise, les décisions sont difficiles à prendre. Et c’est du vécu.

Prenons le cas du choix du support-palette.

 

Il concerne à la fois les Achats, mais aussi la Production, par la capacité du support à s’intégrer dans les processus industriels existants : palettisation, convoyage.

La Logistique, concernée par les flux.

Mais aussi des logiques de Contrôle de Gestion doivent être prises en compte, de Marketing par la capacité du nouveau support à différencier l’offre, et Commerce par son impact sur ses relations avec les clients.

Il est donc important de connaître quelles peuvent être les motivations principales du changement au sein de l’organisation.

D’expérience, le sésame est la réduction de coûts dans le métier du Food lié à la GMS. Ceci acquis, les vrais leviers de décision doivent être connus. Il faut connaître l’activité pour taper juste.

 

Je me souviens que pour un prospect devenu client, après interview de leur équipe logistique, le principal problème à résoudre était l’humidité des palettes, et la difficulté d’obtention de palettes sèches. Le problème était opérationnel. Sa solution était la clé d’entrée.

Un autre a mis un accent particulier sur la logique de développement durable du service et du support, après avoir vérifié que l’équation économique était bien au rendez-vous. Dans ce cas, le soutien de l’homme marketing/DD fut d’un grand secours.

Un dernier fut sensible à la capacité de pouvoir différencier son offre au travers du support-palettes auprès de ses clients. C’était le DG. Ca a aidé.

 

Le changement est toujours synonyme de problèmes à régler, c’est sûr… Mais dans un monde de plus en plus compétitif, où la raison d’être des managers est de créer des avantages compétitifs au profit de leur entreprise, connaître les motivations détaillées de ses prospects, qui peuvent être occultées de prime abord, est souvent un gage de succès, surtout concernant des sujets transversaux, où tout le monde ou presque a son mot à dire dans l’organisation, et peut pousser au changement.

 

C’est d’autant plus vrai, que les grands enjeux de demain seront transversaux…

 

On n’y coupera pas : il faudra apprendre à travailler et à décider ensemble, et rapidement.

 

Bon courage !

A vendredi.

Laissez un commentaire

« »