webleads-tracker

Français English



Partagez la page Quel type de palettes choisir ? Palettes Echange, Palettes Locatives Bois/Plastique/Carton, Palettes Perdues ? (partie 8)

 Quel type de palettes choisir ? Palettes Echange, Palettes Locatives Bois/Plastique/Carton, Palettes Perdues ? (partie 8)

Notez cet article

Le sujet du type de convoyage.

Automatisé ou peu automatisé ?

 

 

Les vacances se sont bien passées ?

 

OK. Parlons presque de voyages… plutôt de convoyages !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le type de convoyage choisi a un impact sur le choix de la palette, car l’inverse est vrai : en effet, utiliser une palette non adaptée au convoyage très automatisé peut avoir un impact désastreux sur le rendement de l’investissement du convoyeur.

 

Il existe 2 politiques radicalement différentes, en matière de convoyages, et de palettisation automatique :

 

  • Soit on pousse l’automatisation au bout de sa logique, et il n’y a plus que de très limités contacts de l’homme avec le support palette en sortie de production pour tout ce qui concerne le flux aval, c’est-à-dire convoyages, E/S palettiseur automatique, appel de la palette, convoyage vers zone logistique… (voir photo).
  • Soit ces flux avals sont mis en œuvre par des moyens de manutention classique, moins automatisés faisant peser moins de contraintes sur le support.

 

Dans le premier cas, le support doit être de dimension constante, avec des tolérances dimensionnelles très faibles, incompatibles avec le bois. En effet les satellites de vérification palettes bois, en amont des palettiers automatiques, évitant la mise en hauteur de palettes inadaptées (plots désaxés, semelles manquantes…), génèrent soit des arrêts de ligne importants par remplissage du buffer-réceptacle des palettes chargées non conformes, soit un tri coûteux des palettes inadaptées avant mise en palettisation.

 

C’est un effet pervers de l’augmentation du coût du travail dans nos pays : plus le coût du travail est élevé, plus l’automatisation des process est financièrement intéressante… et je crains que cette tendance ne fera que se poursuivre, voire s’accroître !

 

Dans ce cadre, l’utilisation de palettes non réparables, monobloc, résistantes aux chocs sera une des tendances lourdes de cette prochaine décennie, poussée par la volonté des distributeurs et des industriels d’automatiser leur processus aval. De ce point de vue-là, la palette plastique est une réponse à cette évolution.

 

Bon courage !

A vendredi.

 

Laissez un commentaire

« »