webleads-tracker

Français English



Partagez la page La valeur logistique de la palette plastique en 8 lettres : PETRIFIE (dernière partie).

 La valeur logistique de la palette plastique en 8 lettres : PETRIFIE (dernière partie).

Notez cet article

Reste à illustrer les 3 dernières lettres de notre mot-clé : PETRIFIE.

 

 1. F comme Format

Le format de la palette et en particulier sa constance dimensionnelle dans le temps est très important. Un des problèmes auquel est confronté toute industrie manufacturière utilisant des palettes bois, est la qualité du pool (locatif ou échange), et plus spécifiquement de sa tenue dans le temps, c’est-à-dire l’impossibilité du support de maintenir un format constant dans le cadre de tolérances dimensionnelles strictes. Le bois ne permet pas d’assurer des tolérances compatibles avec les exigences accrues en matière de vitesse de convoyeurs, réduction de la taille des cellules des palettiers.

 

Un plot décalé, une semelle cassée peut avoir des conséquences dramatiques lorsque la vitesse des convoyeurs augmente. Pour pallier ces problèmes, les industriels investissent dans des satellites de test automatique de palettes, afin de s’assurer que les palettes sous charge correspondent bien à un cahier de charges adapté non pas à qualité moyenne des pools, la mais bien à ceux de l’ensemble convoyeurs/palettiers.

 

Investissement inutile, non valeur ajoutée criante, maintenance supplémentaire : les postes de coûts générés par ces tests sont légion.

 

Dans notre cas, point de problème :

  • La palette est monobloc, ce qui veut dire que la palette est réalisée sans soudage, en 1 seul coup de presse. Les mouvements de plots, semelles, plateau, sont par nature impossibles.
  • Le format est donc immuable. Même une casse acceptée par notre cahier des charges ne provoque aucune modification du format.
  • Enfin, le processus de production d’injection permet des tolérances de l’ordre du mm, alors que le bois a des difficultés à assurer des tolérances de 10 mm, avant réparation, et de l’ordre de 15 à 20 mm après 4 à 5 réparations. Cette précision dans le processus de production permet par exemple de réduire la taille des cellules de palettiers, et donc de faire des économies d’investissement, ou de coûts d’exploitation en température dirigée par ex en froid négatif.

 

 2. I comme Impact développement durable

Ce sujet est très sensible dans le secteur des palettes, le bois affirmant haut et fort son moindre impact en la matière.

 

Nous ne serons pas ceux qui relanceront le débat.

 

Pour être fixé, nous avons réalisé fin 2011, par des experts internationaux, une étude comparative, sur des bases très objectives, entre une rotation bois locatif et plastique locatif.

 

Sans engager de polémiques, nous sommes très heureux des conclusions.

 

Je veux simplement apporter mon éclairage sur les points suivants :

  • La faculté de notre processus d’utiliser exclusivement du PEHD recyclé, associé à la capacité de la palette en fin de vie à être recyclé dans le dit processus, est très vertueux en matière d’impact GES et général.
  • Le taux de casse très faible de nos palettes (1% par rotation vs 30 à 35%) permet une optimisation du circuit logistique de collecte et livraison.
  • Le poids réduit de la palette PICK-AND-GO (19kg vs 25 kg), combiné à un circuit logistique plus court est également un facteur de réduction d’impact.

 

Nous réservons les conclusions détaillées de cette étude à nos clients et prospects. Elle a déjà fait l’objet de validation par les équipes de Développement Durable de plusieurs distributeurs et industriels.

 

Nous sommes à votre disposition pour en parler face à face lors d’un rdv de travail.


3. E comme Echardes

Que voulons-nous dire ?

C’est simple.

 

Suivant le principe que « quand il n’y a pas de solution, il n’y pas de problème », on couvre les inconvénients, souvent graves, inhérents à la palette bois, d’un voile pudique de moins en moins efficace.

 

Je veux parler des 3 compères de malheur : échardes, clous, poussière de bois.

 

On ne compte plus les accidents du travail liés à de grosses échardes de bois,  plantées dans les mains des opérateurs, traversant les gants de sécurité, et coupant dans certains cas, les tendons et handicapant à vie les opérateurs.

 

Les clous sont aussi très dangereux, car souvent débordant du plan de la palette, accrochant ou lacérant les gants ou chaussures de sécurité. Plus on répare la palette, plus il y a de clous. Le problème ne va pas s’arranger avec l’augmentation de la durée de vie des pools et de la palette Echange.

 

Enfin, la poussière bois est aussi très problématique dans un environnement automatisé. En effet, de lourds services de maintenance sont nécessaires pour nettoyer régulièrement les installations de convoyages, palettiers, en particulier autour des cellules de détection, des roulements, qui sont obstrués, ou se bloquent à cause d’échardes ou de poussières de bois. Cela implique un arrêt de la ligne de palettisation ou de stockage, une intervention de l’équipe de maintenance, seule habilitée à intervenir dans ces environnements.

 

Voilà, ouf, c’est fini ! Les 8 lettres ont illustré la valeur ajoutée de notre service PICK-AND-GO locatif de palette plastique en PEHD recyclé.

Il y en a pour tous les goûts.

Le débat est lancé !

N’hésitez pas à commenter : ce blog est fait pour ça…

 

Et n’oubliez, quand on vous parle de PICK-AND-GO, un seul mot : PETRIFIE, soit :

P comme Poids

E comme Eau

T comme Taux de casse

R comme RFID

I comme Image

F comme Format

I comme Impact développement durable

E comme Echardes

 

BONNE ANNEE A TOUS !

 

 

Laissez un commentaire

« »